top of page

Excusez-nous pour le dérangement, mais...


Nous apprenons par la presse la tenue d’une rencontre ce lundi 13 mars entre 4 élus de GPA et la directrice de l’ARS.

Nous n’étions pas conviés.

Pourtant, conjointement avec le Comité de défense de l’hôpital de Lannion-Trestel, nous avions formulé la même demande que les élus. A cette différence près que nous n’avons reçu aucune réponse.

Diviser pour mieux régner ?

L’essentiel pour les ARS est encore que tout se déroule selon la feuille de route de la réduction programmée de l’offre de soins. Tout en prétendant que la destruction du service public de santé est le fruit du hasard, de la malchance, de la conjoncture, et qu’il faut « réorganiser », « restructurer » - traduction : « fermer ».

Le rapport de l’Académie de Médecine présenté il y a 2 semaines en est l’illustration la plus caricaturale à ce jour.

Après ce pilonnage en règle de nos petites maternités, et à l’approche de l’application de la loi Rist, une chose est certaine : des services fermeront. Partout en France.

Mais il ne faut surtout pas chercher à établir les responsabilités.

Encore moins anticiper, puisque cela ne ferait que reculer « l’inéluctable ».

Aussi Mme Noguera se contente-t-elle de suivre le protocole habituel.

Pas de vagues, quelques paroles rassurantes qui ne signifient pas grand-chose et n’engagent à rien : « l’action de l’ARS n’est pas de fermer les services de maternité et de chirurgie H24 à Guingamp »…

Et ces quelques semaines de tranquillité seront mises à profit pour poursuivre l’œuvre de sape.

Attendre. Jouer sur le pourrissement et la division.

Trop facile.

Car l’État doit garantir l’accès aux soins pour tous. Et sur le terrain, cette responsabilité doit être mise en œuvre par les ARS.

Le 11 février, nous étions plus de 4 000 à battre le pavé, à l’appel de la Coordination Santé du Pays de Guingamp.

Puisque, contrairement aux élus, nous ne serons pas reçus dans les délais de rigueur, autant formuler publiquement les demandes que nous portons au nom des citoyens qui se sont mobilisés en masse :

Mme la Directrice,

  • Comment comptez-vous assurer la permanence des soins malgré la pénurie d’intérimaires que provoquera sur le terrain l’application de l’article 33 de la loi Rist ?

  • Quand comptez-vous annoncer officiellement l’abandon du scénario de restructuration privilégié par M. Rossetti, afin de permettre à la direction de lancer une véritable campagne de recrutement des personnels nécessaires au maintien pérenne de l’activité de la maternité, des urgences et de la chirurgie H24 à l’hôpital de Guingamp ?

Citoyennement,

Le Comité de défense de l’hôpital public et de l’offre de soins du Pays de Guingamp


52 vues0 commentaire
bottom of page